Accueil

Fondation Cognacq-Jay / Centenaire

Un socle pour la solidarité sociale de demain

http://bit.ly/2sGRiKL

http://www.cognacq-jay.fr/LabSolidaire/solidarite-sociale/socle-pour-demain

Un socle pour la solidarité sociale de demain

Depuis sa création, la Fondation Cognacq-Jay a pour vocation de créer, maintenir et développer des œuvres de solidarité sociale. Face à la transformation en profondeur de la société, elle doit relever un défi de taille : continuer à répondre aux besoins sociaux existants et émergents, en complémentarité des structures publiques. Son centenaire a constitué une opportunité de revenir sur les « fondamentaux » de la solidarité sociale, pour mieux se tourner vers l’avenir et accompagner l’innovation et l’invention sociales.

Le périmètre de la solidarité sociale

En cent ans, les domaines d’action de même que les publics de la solidarité sociale ont changé, même si l’entraide vis-à-vis des personnes en difficulté, notamment pour apporter des réponses à des besoins vitaux, demeure toujours d’actualité. Dans le même temps, quantité de nouveaux acteurs sont apparus, qu’il s’agisse d’entrepreneurs sociaux ou d’acteurs de l’économie sociale et solidaire. Un tour d’horizon des secteurs, publics et acteurs de la solidarité sociale d’aujourd’hui est une première étape pour envisager celle de demain.

Consultez la page consacrée au périmètre de la solidarité sociale

Tentative de définition de la solidarité sociale

La « solidarité sociale » fait partie du statut d’utilité publique de la Fondation depuis sa création. Les époux Cognacq-Jay, au début du XXe siècle, avaient leur propre idée de cette notion, de même que chacun d’entre nous aujourd’hui. Mais qu’en est-il exactement ?

La revue Visions solidaires pour demain s’est faite le relais de réflexions contemporaines sur ce thème pas si simple à définir de la solidarité sociale, au sein d’un article titré « En quête de solidarité sociale », disponible sur solidarum.org au format PDF.

La Fondation Cognacq-Jay donne sa vision de la solidarité sociale, à travers trois grands objectifs :

  • répondre à un besoin majeur (eau, nourriture, sécurité, etc.), nouveau ou non satisfait ;
  • corriger une inégalité d’accès (au logement, aux soins, à la culture, à l’instruction, etc.) ;
  • préserver et développer le lien social (sortie d’isolement, réinsertion, communautés de partage, etc.).

Plus de détails dans la page « essai de définition de la solidarité sociale »

Construire la solidarité sociale

La tentative de définition ci-dessus fait l’objet d’un travail qui se poursuit en coconstruction, notamment avec le comité éditorial qui accompagne la Fondation dans sa réflexion sur la solidarité sociale de demain. La solidarité sociale va bien au-delà de la simple et indispensable protection sociale ; ses inventions partent du terrain, des initiatives d’acteurs divers, patients, bénévoles, parents, animateurs sociaux, etc. Sous ce regard, il est crucial de réfléchir aujourd’hui à la question des moyens de la solidarité sociale, qui passe le plus souvent par des délégations de service public, et aux différents modèles possibles d’association privé-public, expérimentés en France et ailleurs.

Un comité éditorial pour garder le bon cap

Intéressées par la démarche de la Fondation Cognacq-Jay, plusieurs personnalités ont accepté d’accompagner sa réflexion en 2017 en l’enrichissant de leurs compétences plurielles.

  • Frédéric Brun, inspecteur général honoraire au ministère de l’Agriculture, président de FIDE.
  • Laurence Devillers, professeur à l'université Paris-Sorbonne et chercheuse au CNRS, spécialisée dans l’informatique.
  • Catherine Dufour, ingénieure en informatique, romancière et nouvelliste de science-fiction.
  • Jean-Luc Fidel, directeur général de la Fondation Cognacq-Jay.
  • Daniel Kaplan, cofondateur de la FING et membre du Conseil national du numérique.
  • Joseph Le Marchand, conseil en philanthropie, accompagnement à la gestion des fondations.
  • Docteur Luc Plassais, ancien chef de service des soins palliatifs à l’Hôpital Cognacq-Jay, membre du comité de direction de la Fondation Cognacq-Jay.
  • Georges Renand, président de la Fondation Cognacq-Jay.
  • Hélène Strohl, inspectrice générale des Affaires Sociales honoraire, essayiste et romancière.
  • Léa Zaslavsky, cofondatrice du Sense Cube, membre du Conseil supérieur de l’ESS et du Conseil des générations futures de la Mairie de Paris.

En 2016, le comité éditorial du dispositif du centenaire se composait des personnes suivantes :

  • Frédéric Brun, inspecteur général honoraire au ministère de l’Agriculture, président de FIDE.
  • Catherine Dufour, ingénieure en informatique, romancière et nouvelliste de science-fiction.
  • Jean-Luc Fidel, directeur général de la Fondation Cognacq-Jay.
  • Serge Guérin, sociologue spécialiste des questions liées au vieillissement, professeur à l’INSEEC Paris, directeur du Msc Gestion des établissements de santé.
  • Joseph Le Marchand, conseil en philanthropie, accompagnement à la gestion des fondations.
  • Docteur Luc Plassais, ancien chef de service des soins palliatifs à l’Hôpital Cognacq-Jay, membre du comité de direction de la Fondation Cognacq-Jay.
  • Georges Renand, président de la Fondation Cognacq-Jay.
  • Hélène Strohl, inspectrice générale des Affaires Sociales honoraire, essayiste et romancière.

Innovation et invention

De l’adaptation originale d’une pratique existante à l’innovation radicale, il existe tout un éventail d’initiatives nouvelles ou novatrices en solidarité sociale. Pour donner un socle à la démarche du centenaire, centrée sur la solidarité sociale de demain, la Fondation Cognacq-Jay a donc commencé par essayer de définir ce que pourrait signifier « innover » dans le champ de la solidarité sociale.

Pour en savoir plus

Des outils de partage et d’entraide

Pour porter le fruit de la réflexion sur les enjeux de la solidarité sociale de demain et contribuer à l’émergence de démarches innovantes, la Fondation Cognacq-Jay s’appuie sur un dispositif comprenant :

  • une base de connaissance grand public, Solidarum, disponible en ligne et évolutive, avec quantité de contenus originaux partageables ;
  • des publications (revue annuelle, série web documentaire en projet) ;
  • le Prix Fondation Cognacq-Jay incluant l’accompagnement des lauréats par un réseau de partenaires, eux-mêmes acteurs de premier plan dans la solidarité sociale ;
  • son site Internet et les relais dans les réseaux sociaux ;
  • des actions dans ses établissements;
  • un moment national de rencontre et de partage chaque année.

Partager