Accueil

Fondation Cognacq-Jay

De la maison de repos au Foyer d'accueil médicalisé

http://bit.ly/2cpeRDy

http://www.cognacq-jay.fr/la-fondation/histoire-fam

De la maison de repos au Foyer d'accueil médicalisé

Une volonté qui perdure, après des reconversions d’activités : offrir aux résidents des conditions favorables pour se construire, se reconstruire ou se maintenir.

1926 - Ouverture en juillet de la « Villa Louise Cognacq-Jay », une maison de repos pour jeunes filles, située en Haute-Savoie, à Monnetier-Mornex. Cet établissement est créé en exécution des dernières volontés de Mme Cognacq-Jay et dirigé par des religieuses.
1928 - De grandes institutions, en particulier le Crédit lyonnais, demandent à la Fondation d'accueillir à la villa leurs employées auxquelles le service médical conseillerait la cure d'altitude.
1935 - La villa donne l'hospitalité à 50 jeunes filles. 14 d'entre elles appartiennent au personnel de la Samaritaine, deux à celui de la Fondation, 34 sont envoyées par des maisons de commerce ou des banques.
1938 - Sans compter les 29 orphelines d'Argenteuil qui passent leurs vacances à Monnetier, la villa reçoit 89 pensionnaires, étudiantes ou employées, pour un repos réparateur à prix très modique.
1939-1940 - En octobre 1939, la villa est prêtée à une institution suisse. Les demoiselles de ce pensionnat y demeurent jusqu'au moment de l'avancée des troupes allemandes, en juin 1940.
1941 - Depuis que les jeunes filles de la région parisienne ne peuvent plus aller à Monnetier, la directrice reçoit des dames et jeunes filles de la zone non occupée qui viennent se reposer en montagne. Il est très difficile pour la Fondation de communiquer avec son établissement.
1945 - Une partie des locaux de la maison de repos est transformée en dortoir annexe de l'orphelinat de la Fondation, tout proche.
1973 - La maison de repos accueille 85 pensionnaires au cours de l'année, jeunes filles ou dames de 18 à 55 ans, contre 74 en 1972 et 45 en 1971. La différence d'âge contribue à donner une ambiance familiale, favorable à l'état souvent dépressif des convalescentes.
1978 - 206 dames et jeunes filles sont accueillies, le plus souvent pour une convalescence post-opératoire.
1983 - La direction devient laïque. L'âge des convalescentes s'élève progressivement.
1984 - Des travaux de rénovation des locaux sont effectués.
Début des années 1990 - L'établissement, sous tutelle de la DDASS, devient un Centre de convalescence active à orientation gériatrique mixte de proximité.
2002 - Pour des raisons de taille critique et de nombre de lits, sur demande de la DDASS, l'établissement accepte une reconversion vers une activité de Foyer d'accueil médicalisé pour personnes handicapées psychiques.
2004 - Ouverture de l'établissement, en septembre.

Partager