Accueil

Fondation Cognacq-Jay

L’Institut médico-éducatif Cognacq-Jay à l’honneur sur France 3

http://bit.ly/2kjRqgX

http://www.cognacq-jay.fr/actualites/linstitut-medico-educatif-cognacq-jay-lhonneur-sur-france-3

L’Institut médico-éducatif Cognacq-Jay à l’honneur sur France 3

L’Institut médico-éducatif Cognacq-Jay

France 3 avait effectué un premier reportage sur Jean il y a deux ans, alors que sa famille cherchait une structure pour l’accueillir et dénonçait la difficulté à trouver une prise en charge adaptée pour les adolescents autistes. La chaîne a diffusé une suite le 24 janvier.

Aujourd’hui, Jean, seize ans, a trouvé sa place à l’IME Cognacq-Jay, où il est beaucoup plus épanoui. Le reportage montre l’importance des progrès qu’il a effectués dans la communication avec les autres, et notamment avec sa famille.

Le jeune homme silencieux, replié sur lui-même, rétif au moindre contact sauf à celui de son cheval avec lequel il faisait de l’équithérapie, a énormément changé.

Les images d’aujourd’hui montrent un adolescent en interaction avec les autres, qui chante, qui danse et fait la fête, qui pratique le sport et développe progressivement une autonomie dans les gestes du quotidien.

Ces progrès passent notamment par l’apprentissage d’une langue des signes simplifiée, facilitant la verbalisation et donc les échanges spontanés.

La vie quotidienne a aussi beaucoup changé pour sa famille et spécialement pour sa maman, qui a pu reprendre le travail et retrouver une vie en dehors de la maison. La solitude et l’angoisse qu’elle décrivait dans le premier reportage, il y a deux ans, ont laissé place aux sourires et à une confiance retrouvée.

L’Institut médico-éducatif Cognacq-Jay accueille 21 jeunes de 13 à 21 ans, en semi-internat et internat d’alternance. De nombreuses activités leurs sont proposées pour augmenter leur autonomie, les ouvrir aux arts, à la culture, au sport adapté… Pour certains, la découverte du milieu professionnel est également possible au sein de l’Hôpital Cognacq-Jay voisin.

Il reste que compte tenu du nombre de places limité et du faible turn-over, peu de jeunes souffrant d’autisme ou de troubles apparentés peuvent être pris en charge dans l’établissement. Espérons que le nombre de structures et donc de places augmentera à Paris.

 

Autisme : le quotidien de Jean, 16 ans : reportage diffusé le mardi 24 janvier 2017 sur France 3

Partager